Retour aux films

Vous êtes une salle de cinéma ?
Connectez-vous pour voir le film en entier.
Sinon, regardez un extrait.

Créer un compte

Vous êtes une salle de cinéma ?
Connectez-vous pour voir le film en entier.

Créer un compte

Erebeta

François Vogel

En deux mots

Tokyo comme vous ne l'avez jamais vu ! Un haïku à 25 images/seconde ! Renversant !

Synopsis

Erebeta nous emporte dans un saut vertical au dessus de la ville. Nous ricochons sur la chaussée, tournoyons autour des immeubles et traversons les rues de part en part. Ce point de vue rebondissant sur le Japon moderne est accompagné par la musique traditionnelle du Kuroda Bushi.

Pour aller plus loin

François Vogel occupe au sein de la production expérimentale française un statut assez unique, apparaissant à la fois comme un électron libre et un poète excentrique, qui triture l’image pour mieux conformer le monde à sa propre vision, en l’arpentant en tous les sens. Noirmoutier, Montmartre, New York, São Paulo ou Dubaï sont ainsi déjà passés par la moulinette de sa caméra, ou plus justement de son appareil-photo numérique, et surtout de son travail d’animation savamment orchestré en post-production. Cette fois, c’est Tokyo et sa géographie qui sont, à travers Erebeta, visitées et réinventées avec une ludique subjectivité qui modifie le présupposé de nos regards. On croyait tout connaître de cette mégapole tentaculaire où se pressent, au fond des rues surplombées d’imposants buildings, des hommes-fourmis. Vogel en offre sa propre relecture en recourant non seulement à des zooms et à des mouvements ascendants ou descendants (“erebeta” signifie ascenseur en japonais), mais surtout à ses emblématiques distorsions picturales qui font prendre un tout autre visage à des tableaux urbains d’autant plus insolites que la neige s’y invite par instants.
Bien sûr, l’utilisation d’une musique traditionnelle, ce kuroda bushi que les admirateurs du cinéma d’Ozu ou de Mizoguchi connaissent bien, imprime un tempo particulier et hypnotique à cette expérimentation visuelle présentée en 2019 dans la section Labo du Festival du court métrage de Clermont-Ferrand, à mille lieues du Pays du soleil levant.

Générique

Production Drosofilms

Scénario François Vogel Musique Kuroda Bushi

Télécharger la fiche en PDF Télécharger l'image 1 Télécharger l'image 2
03’40
Expérimental
Recherche/Essai
Fantastique
Ordinateur 2D
2018
Film muet

Art & Essai

Visa : 2018004713

Disponible en physique : non

Fin de droit : 16/12/2020
Retour haut de page