Retour aux films

Vous êtes une salle de cinéma ?
Connectez-vous pour voir le film en entier.
Sinon, regardez un extrait.

Créer un compte

Vous êtes une salle de cinéma ?
Connectez-vous pour voir le film en entier.

Créer un compte

Une histoire vertébrale

Jeremy Clapin

En deux mots

15 ans avant J'ai perdu mon corps, Jérémy Clapin explorait déjà les méandres corporels avec Une histoire vertébrale.

 

Synopsis

Un homme, seul, avec sa particularité physique : celle d’avoir la tête basculée en avant, le regard vers le sol. Difficile de rencontrer la voisine avec pareil handicap… et pourtant…

Pour aller plus loin

Quatre ans avant son fameux Skhizein, Jérémy Clapin, ancien étudiant de l’Ensad, se révélait avec cette irrésistible histoire sans paroles qui s’attachait à recycler le motif éternel de l’amour contrarié et finalement triomphant. Prix spécial du jury au Festival international du film d’animation d’Hiroshima en 2006, Une histoire vertébrale questionnait même la notion de point de vue, à travers le champ de vision du personnage qu’il mettait en scène sous un graphisme 2D rond et doux proche de celui d’une bande dessinée jeunesse – selon la petite histoire, le héros du film serait d’ailleurs né d’un dessin raté… Avec son cou en équerre, le malheureux aux cervicales peu verticales avance, regard en plongée vers le sol, ce que l’image permet de comprendre directement, comme une sorte de caméra subjective braquée sur ses pieds.

Mais la narration se déploie bientôt sur les efforts du touchant petit bossu pour trouver l’âme sœur, le film lorgnant vers la comédie romantique et la découverte d’une “girl next door” en idéale moitié… Jouant avec les clichés hollywoodiens correspondants, Jérémy Clapin retarde néanmoins le happy-end attendu avec une verve gaguesque, pour rappeler aussi qu’il n’est pas si facile, en amour, de se voir vraiment – en la matière, tout se mérite !
Et il n’est pas non plus anodin que le réalisateur développe, quinze ans après et dans le cadre de son premier long métrage J’ai perdu mon corps, une nouvelle histoire d’anomalie anatomique et de quête personnelle… Une constance dans les préoccupations d’un auteur, en somme.

Générique

Production Strapontin

Scénario Jérémy Clapin Musique Nicolas Martin

Télécharger la fiche en PDF Télécharger l'image 1 Télécharger l'image 2
09’00
Animation
Portrait
Humour
Ordinateur 2D-3D
France
2004
Film muet

Art & Essai
Public : 6-9 ans

Visa : 110.342

Disponible en physique : non

Fin de droit : 12/02/2020
Retour haut de page