Retour aux films

Vous êtes une salle de cinéma ?
Connectez-vous pour voir le film en entier.
Sinon, regardez un extrait.

Créer un compte

Vous êtes une salle de cinéma ?
Connectez-vous pour voir le film en entier.

Créer un compte

Les amours de la pieuvre

Jean Painlevé

En deux mots

Un film “animalier” rare sur une musique de Pierre Henry. Culte !

Synopsis

J'ai fait la connaissance de la pieuvre en 1911 : j'avais neuf ans et ma famille m'amena à Roscoff où la station biologique était alors représentée par un grand aquarium. Elle fut le sujet de mon premier film public, en 1927...” (Jean Painlevé).

Pour aller plus loin

Le grand historien du cinéma Georges Sadoul considérait que Jean Painlevé avait totalement renouvelé le genre du film scientifique dès ses courts métrages des années 1930-1940. Ce fils de notable – son père n’était autre que le mathématicien et Président du Conseil Paul Painlevé – estimait en effet que “quel que soit le sujet traité, le côté artistique doit être toujours mis en valeur autant que le côté scientifique.”
Cette noble ambition s’est affirmée au fil d’une carrière de deux cents films, où la mise en scène a souvent joué au mieux des loupes grossissantes, des ralentis ou des effets d’accélération. L’un de ses premiers essais était, vers 1927-28, précisément axé autour de la figure de la pieuvre et le cinéaste, héritier direct de Jules-Étienne Marey, retrouva cette créature parmi les plus étranges qui soient, d’un point de vue visuel, au sein du règne animal – annonçant les “aliens” de nombre de productions de science-fiction postérieures.
Plus encore que la voix off assurée par Roger Clairval et une partition proche de la musique concrète, c’est la fascination qu’exerce certains plans quasi abstraits, comme issus d’une œuvre expérimentale, qui continue de frapper, plus d’un demi-siècle après la réalisation des Amours de la pieuvre. Il suffit d’évoquer la naissance des petits poulpes se détachant de leur matrice comme de mini-vaisseaux spatiaux quittant leur base. Une restauration 4K récente redonne toute sa splendeur à ce classique d’un auteur qui en compte tant à son actif, de L’hippocampe au Vampire, en passant par Caprelles et pantopodes.

Générique

Production Les Documents cinématographiques

Scénario Jean Painlevé Musique Pierre Henry

Télécharger la fiche en PDF Télécharger l'image 1 Télécharger l'image 2
13’00
Documentaire
Recherche/Essai
Humour
France
1965
Français

Art & Essai

Visa : 17.364

Disponible en physique : non

Fin de droit : 13/01/2021
Retour haut de page