Retour aux films

Vous êtes une salle de cinéma ?
Connectez-vous pour voir le film en entier.
Sinon, regardez un extrait.

Créer un compte

Vous êtes une salle de cinéma ?
Connectez-vous pour voir le film en entier.

Créer un compte

Le Chant du styrène

Alain Resnais

En deux mots

Beauté plastique et générique en or !

Synopsis

Création, fabrication et utilisation de la matière plastique, à travers toute la chaîne industrielle.

Pour aller plus loin

Avec son générique des plus prestigieux, Le chant du styrène est à la fois l’un des classiques de l’histoire du court métrage français et un objet complètement inclassable, atteignant la perfection esthétique tout en répondant à une commande industrielle, de la part de la société Péchiney en l’occurrence.

Faire œuvre d’art en racontant comment se crée, se fabrique et s’utilise la matière plastique est déjà en soi un tour de force et l’on se surprend à chaque vision à éprouver une profonde fascination pour ces différentes étapes du travail industriel, la succession des formes et des couleurs, dans un mouvement global qui prend un tour abstrait, sinon métaphysique. Le rythme des mots de Raymond Queneau – des alexandrins ! – et la voix de Pierre Dux s’avèrent tout aussi hypnotiques, alors que l’apparente solennité du projet est battue en brèche dès l’ouverture, à la faveur d’une parodie du fameux vers de Lamartine : “ O temps, suspends ton bol, ô matière plastique !”.

La rigueur formelle de ces treize minutes, qui vaut celle de Toute la mémoire du monde, datant de l’année précédente, établissait définitivement Resnais comme le cinéaste majeur qu’il demeure et qui témoigna d’une longévité exceptionnelle, jusqu'à son dernier film, Aimer, boire et chanter, sorti dans les salles au printemps 2014.

Générique

Production Les films du jeudi, Les Films de la Pleïade

Musique Pierre Barbaud, Georges Delerue

Télécharger la fiche en PDF Télécharger l'image 1 Télécharger l'image 2
15’00
Documentaire
Recherche/Essai
France
1958
Français

Art & Essai

Visa : 20.375

Disponible en physique : oui

Fin de droit : 31/12/2018
Retour haut de page